Langue

La Journée de l’Hispanité, fêtée ce mardi 12 octobre dans plusieurs villes espagnoles en dehors de la Catalogne du sud, a suscité un rassemblement ouvertement franquiste à Barcelone. Selon une tradition renouvelée, 350 personnes de tous les âges se sont rassemblées sur la place Sant Jordi de la montagne de Montjuïc, où se tenait une cérémonie dénommée « Hommage au drapeau espagnol ». Les participants, aux looks souvent néo-fascistes, ont répondu à l’invitation du parti politique Falange Española, fondé en 1933 par le dictateur José Antonio Primo de Ribera, du Movimiento Social Republicano et de la formation Democracia Nacional, et n’ont pas hésité, pour nombre d’entre eux, à prononcer des slogans franquistes et xénophobes. Les discours prononcés officiellement ont, eux, imputé les difficultés actuellement rencontrées par l’Espagne aux politiques de « tolérance » de l’État, aux indépendantistes catalans et basques, ainsi qu’aux immigrés. Globalement, les factions fascisantes espagnoles présentes ont jugé que « l’unité territoriale de l’Espagne est totalement menacée ». Par ailleurs, l’hymne officiel officiel espagnol et la chanson « Cara al sol » (Face au soleil), propre au régime du général Franco, ont été entendus lors de cette messe d’extrême droite, aux fondements anticatalans et centralistes, qui a suscité plusieurs saluts fascistes et bras levés.

Partager

Icona de pantalla completa