Langue

La journée nationale espagnole, intitulée « Jour de l’hispanité », célébrée hier comme tous les 12 octobre, a profité à 400 militants d’extrême droite espagnols, lors d’une manifestation désormais traditionnelle, à Barcelone. Les « ultras » maniant le salut fasciste, rassemblés sur la montagne de Montjuïc, ont lancé en castillan des slogans hostiles au statut d’autonomie de la Catalogne Sud, dans un élan de défense de la « patrie » et de la « race » d’Espagne, perçues comme menacées par les nations intérieures et les flux de nouvelles populations. Lors d’un meeting, le parti « Democracia Nacional » a promis de « ne pas défaillir dans la défense de l’Espagne » avant de qualifier de « traître » et « séparatiste » le statut catalan, approuvé en 2006, puis de rendre un hommage appuyé au leader néo-nazi autrichien Jörg Haider, mort samedi. Le rassemblement s’est terminé par des slogans anti-immigrés et prônant le retour du général Franco, avant un cérémonial lors duquel un drapeau souverainiste catalan a été brûlé.

Partager