Langue

Les découvertes de substances et objets interdits se poursuivent à la prison de Perpignan, où les agents identifient souvent des intrusions surprenantes. Jeudi 12 septembre en soirée, la fouille de 7 cellules a débouché sur la saisie de 46 grammes de résine de cannabis, trois téléphones mobiles ainsi que des cartes SD et SIM, destinées à stocker des données sur ces dispositifs, ou à les doter d’une ligne. Le lendemain, l’atmosphère découlant de cette saisie s’est avérée tendue entre les pensionnaires et les fonctionnaires à l’oeuvre au sein du centre pénitentiaire, selon une information du syndicat UFAP-UNSA Justice communiquée par son responsable en Roussillon, Pierre Grousset. Celui-ci nous précise que le directeur du centre pénitentiaire était présent sur les lieux lors de cette perquisition interne.

Des contrôles renforcés, comme dans les aéroports

Parmi ses revendications vouées à limiter les trafics à l’intérieur de l’établissement, le syndicat exige un « scanner corporel au niveau du parloir famille » et la « présence permanente d’un gradé sur ce secteur très sensible ». Il souhaite l’accélération des travaux de sécurisation, composés de l’installation d’un brouilleur de téléphones et d’un filet anti-projections.

Partager

Icona de pantalla completa