Langue
La Clau
Saint-Cyprien, 37ème commune de l’agglomération Perpignan-Méditerranée ?
Langue

Passée l’étape du 1er janvier 2011, lorsqu’elle s’est élargie à 36 communes après avoir englobé les 9 villes et villages de l’ensemble Rivesaltais-Agly, ajoutés à la ville de Cabestany, l’Agglomération Perpignan-Méditerranée amorce 2011 dans d’autres perspectives d’élargissement. Sans dissimuler l’intérêt de tisser des liens avec la Communauté de Communes des Aspres, autour de la ville de Thuir, celle du secteur d’Illiberis, et la communauté Salanque-Méditerranée, soit 26 communes au total, le président de l’institution, Jean-Paul Alduy, ne fait désormais aucun mystère sur l’idée d’inclure la ville de Saint-Cyprien. Le maire de la commune littorale, Thierry del Poso, a d’ailleurs assisté à la cérémonie des voeux de l’Agglomération, ce jeudi Perpignan, tandis que M. Alduy lui rendait la politesse, à Saint-Cyprien, ce vendredi. Sous la douce pression du calendrier de la réforme des collectivités territoriale engagée par l’Etat, le bouclage prévisionnel des intercommunalités est prévu à la fin de l’année 2012, pour une entrée en fonctionnement en juin 2013. Dans le cadre de ce schéma départemental de coopération intercommunale, Saint-Cyprien, dont la population dépasse 10.000 habitants depuis 2009, devra ainsi se décider dans les prochains mois.

L’entrée prévisible de Saint-Cyprien au sein du puissant ensemble du Roussillon devrait cependant se heurter à deux écueils. En premier lieu, l’opposition municipale de Thierry del Poso, représentée en particulier par le groupe d’élus « Pugnace » anciennement rallié à sa candidature, qui critiquait ce jeudi l’absence de référendum municipal au sujet du changement d’échelle territoriale envisagé. Le maire suggère plutôt l’organisation de réunions publiques, pour convaincre la portion réticente de ses administrés. La deuxième épreuve est l’existence de la communauté de trois communes Sud Roussillon, dont Saint-Cyprien est la ville principale et M. Del Poso le président. Le village voisin de Latour-bas-Elne, dont le périmètre urbain est collé à Saint-Cyprien depuis moins d’une dizaine d’années, pourrait suivre le mouvement, mais les interrogations persistent au sujet de la troisième commune, Alénya. De discussions en partages d’intérêts en matière fiscale ou de transports, Perpignan-Méditerranée s’apprête à s’agrandir encore, tout en renforçant son influence au Nord. Dans ce sens, sous forme de « protectorat », l’institution lance cette année un partenariat de développement économique et touristique avec les 18 communes de la communauté de communes Agly Fenouillèdes.

Partager