Langue

A l’approche de l’été, dans un contexte de multiplication mesurée de la population d’ours dans les Pyrénées, les recommandations à suivre en cas de rencontre avec un plantigrade ne sont pas de trop. Les randonneurs confrontés à l’un des 64 ours bruns répertoriés actuellement dans le massif, du Pays Catalan au Pays Basque, sont invités à adopter des comportements qui ne sont pas inscrits dans les manuels scolaires ni les recommandations des offices de tourisme. L’ours voit mal, mais son odorat et son ouïe sont exceptionnels. Cet animal peut courir à 55 km/h !

Les femelles avec leurs rejetons sont agressives

De prime abord, en débit de sa taille surprenante, qui peut atteindre 2 mètres pour 250 kg, l’ours est un animal discret et pacifique. En cas de rencontre avec un humain, cet animal prend la fruite dans 80 % des cas et reste indifférents à 20 %. Dans ces pourcentages se glissent 3 % correspondant à de l’agressivité, s’il s’agit d’une ourse, accompagnée de ses petits. La probabilité d’une altercation ours-humains est faible, mais en cas de rencontre, il est recommandé de garder ses distances, pour ne pas déranger l’animal, et de s’éloigner sans précipitation, afin d’éviter tout réflexe de poursuite.

Présents entre 600 et 2000 m

Actuellement, le Pays Catalan fait partie des territoires, avec l’Aude, l’Ariège et la Haute-Garonne, les plus visés par la présence de l’ours. Cette bête vivant entre 600 et 2000 m d’altitude apprécie les forêts de hêtres et de sapins. L’Office national des Parcs nationaux certifie qu’elle ne choisi pas nécessaire les forêts les plus hautes et difficiles d’accès, mais les plus généreuses en ressources alimentaires.

Partager