Langue

Les autorités policières catalanes ont identifié quatre situations de mariages forcés dans la région de Girona, depuis le début de l’année. Cette réalité a été dévoilée le 6 octobre par les Mossos d’Esquadra, la police gouvernementale, qui cite pour exemple le projet d’union contrainte d’une jeune fille de 14 ans avec son propre cousin, au sein d’une famille de nationalité marocaine. Ce cas, orchestré par les parents de la pré-adolescente, a été détecté dans le secteur géographique de la Selva, situé autour de Lloret de Mar. Après avoir demandé de l’aide, la jeune fille a été confiée aux services de l’Enfance du gouvernement catalan. Une autre situation rend compte du mariage, il y a 5 ans, d’une jeune femme actuellement âgée de 19 ans. Cette dernière s’est séparée de son époux, avant de le rejoindre, malgré des maltraitances prévisibles, comme le certifient les services sociaux du district de Girona.

Une tradition présente jusqu’en Amérique du Sud

Depuis 2009, lorsque la tendance aux mariages forcés a été signalée, 25 situations ont été repérées dans la région. Selon Rosa Negre, chef de l’unité régionale de Proximité et d’Attention aux citoyens de la police catalane, le mariage forcé, protégé par les silences communautaires, est parfois présent au sein des populations d’origine subsaharienne, maghrébine, du Proche-Orient et du Moyen-Orient, d’Asie méridionale et d’Amérique du Sud.

Partager

Icona de pantalla completa