Langue

Le dernier rapport du Secours Catholique concernant la pauvreté en territoire français, publié le 8 novembre, fixe à 13.580 le nombre de personnes nécessiteuses à Perpignan, en 2011. Ce document touffu fournit des indications sociologiques comparatives, selon lesquelles les personnes épaulées par le Secours Catholique, en 2001, avaient généralement basculé dans la marginalité, avec parfois une absence de domicile. Désormais, les bénéficiaires de la charité chrétienne en Pays Catalan sont également des familles et des salariés, à hauteur de 18 %, fragilisés par la conjoncture économique, parfois au travers d’emplois précaires ou d’endettement excessif. Parallèlement, 35 % de ce public est composé de demandeurs d’emploi. Selon l’association caritative, rattachée au réseau mondial Caritas, la précarité croît dans les Pyrénées-Orientales au même rythme que l’isolement des individus, à la faveur du morcellement social. Les 25-49 ans sont la tranche d’âge la plus touchée par cette pauvreté du XXIe siècle, suivie des mères célibataires, à 31 % en 2011, contre 26 % en 2001.

Le Conseil général oriente vers le Secours Catholique

Si 16 % des bénéficiaires du Secours catholique, en 2001, étaient orientés vers cette institution par les services sociaux du Conseil général des Pyrénées-Orientales, ce nombre s’élevait à 67 % dix ans plus tard. Ce bond statistique indique autant la prise d’importance du service proche de l’Eglise qu’un besoin de diversification. Car il existe d’autres opérateurs de solidarité, comme le Secours Populaire, les Restaurants du Coeur et la Banque Alimentaire, ces organismes étant parfois imbriqués, notamment à l’extérieur de Perpignan. Ainsi, les 11,3 % de Perpignanais pauvres, d’après le Secours Catholique, sont plus nombreux, car les autres associations sont également à l’oeuvre. D’autre part, le fort taux de bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA), proche de 11 % en 2011 dans le territoire, permet d’exclure des statistiques certaines situations de pauvreté réelle, amorties par la force publique.

Partager

Icona de pantalla completa