Langue

L’inauguration d’un prolongement piétonnier du quai Vauban à Perpignan, le 21 juin, a été précédée de l’élimination discrète de plusieurs platanes qui frôlaient les Galeries Lafayette. Cette disparition, organisée de nuit par les services municipaux, est vigoureusement critiquée par la fédération environnementale Frene 66, qui évoque une « haine », un « massacre des arbres» et une « destruction massive du patrimoine paysager de la ville ». L’organisation militante se rappelle ce qu’elle estime être le « saccage absolu du Parc Bir-Hakeim », en 2015, et dénonce l’apparition de « quelques palmiers nains (une obsession californienne) » à quelques mètres des anciens platanes des Galeries Lafayette.

Frene 66 avertit que le futur aménagement des berges du fleuve Têt comportera une même approche touristique illustrant un Sud surfait et vulgaire, car une « palmeraie » y serait prévue.

Partager