Langue

Depuis hier, plusieurs dizaines de milliers de citoyens d’origine espagnole résidant en Catalogne Nord peuvent acquérir la nationalité espagnole, en justifiant leur condition d’exilés républicains espagnols ou de descendants de ceux-ci. Cette initiative historique, selon la « Loi de la mémoire historique » espagnole, devrait se traduire par une bi-nationalité pour les personnes concernées. Ainsi, le Consulat de Perpignan dispose déjà de formulaires intitulés « demande de nationalité », également téléchargeables sur Internet. Ce bouleversement identitaire pour des personnes ballotées par l’Histoire est même proposé à leurs enfants et petits-enfants, souvent catalans, dont le ressenti s’avère contrasté envers leurs origines, parfois encore dissimulées. Cette grande réparation historique lancée par le gouvernement socialiste de Zapatero peut ainsi concerner plusieurs millions de personnes dans le monde, liées de près ou de loin à la fuite du régime de Franco entre 1936 et 1955. En Catalogne Nord, les grand symboles de cette arrivée de population restent les camps de concentration sommairement aménagés sur la plage d’Argelès, canalisant 250.000 réfugiés l’hiver 1939, et celui de Saint-Cyprien, qui a accueilli 90.000 « étrangers indésirables », selon les termes de l’époque.

Partager

Icona de pantalla completa