Langue

La saison estivale justifie la mise en place à Perpignan d’une « Charte pour la qualité de la vie nocturne », présentée ce vendredi 5 juillet par la mairie, en partenariat avec la préfecture des Pyrénées-Orientales. Cette démarche semblable aux dispositifs en place à Toulouse, Lyon et Strasbourg, doit permettre de réduire les bruits de la rue, qui peuvent compliquer le repos et le sommeil des habitants du coeur de ville, ou encore du quartier Gare-Clemenceau, lorsque la fraîcheur nocturne invite à ouvrir les fenêtres.

La toxicomanie favorise le bruit

En concertation avec les bars de nuit, le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, le préfet, René Bidal, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Perpignan et des Pyrénées-Orientales, Jean-Pierre Navarro, ainsi que le président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie 66, François Galabert, signeront un document adapté. Celui-ci constitue un « contrat moral », selon l’Hôtel de Ville, qui défend une lutte contre « les nuisances sonores » ou encore « l’alcool et la toxicomanie », selon la version communiquée par les services de l’Etat, qui n’hésitent pas a rapprocher la consommation de substances illicites aux comportements nuisibles. La mairie de Perpignan souhaite aussi agir pour le respect de la « tranquillité publique » et de « l’environnement », en évitant que les soirées d’été, appréciables pour l’économie de la ville, soient associées à une souillure de la voie publique.

Partager

Icona de pantalla completa