Langue
La Clau
Perpignan : une employée de Leroy Merlin menacée de licenciement pour une remise de 100 euros
Langue

Les salariés de l’enseigne de bricolage Leroy Merlin-Porte d’Espagne à Perpignan se sont mobilisés hier matin sur le cas d’une collègue, convoquée au même moment en conseil de discipline, car soupçonnée d’avoir fait profiter un tiers d’avantages personnels réservés aux employés. La Direction de cette enseigne, parmi les deux que compte le Pays Catalan, suspecte son employée d’avoir effectué une remise de 10% auprès de sa propre famille, soit 100 euros, sur un achat de 1000 euros. Juste avant la mobilisation, la collaboratrice, qui risque le licenciement sec, avait refusé la visite de la direction à son domicile, vouée à vérifier si les achats lui appartenait bel et bien. Un attroupement, mêlant les collègues solidaires, en présence des syndicats CGT et Force Ouvrière auxquels se sont ajoutées 100 signatures de clients, a permis d’attirer l’attention sur la situation. Paradoxe de cette affaire, Leroy Merlin, qui appartient au groupe Mulliez, auquel Auchan, Kiabi et Décathlon sont également rattachés, est la première entreprise française où « il fait bon travailler », sur un total de 109 enseignes, selon le classement « Best Workplaces 2009 » dévoilé le 27 mars. Il s’agit également du leader français sur le marché de l’amélioration de l’habitat.

Partager