Langue

La tenue d’un rassemblement néo-nazi mondial, le week-end des 18 et 19 mai aux abords de Perpignan, suscite la vive inquiétude des autorités. Selon son habitude, cette concentration d’Hammerskins, groupe fondé à Dallas en 1988 sur une idéologie de suprématie de la « race blanche », déploiera une pensée ouvertement néo-nazie, en lien avec le Ku Klux Klan. Prônant la violence, organisant des évènements à caractère raciste, cette organisation comptant 100.000 membres en Europe et aux États-Unis, employant des insignes hitlériens, convoque ses troupes par le biais de sa branche française, surveillée par la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI). La formation des cadres et un bilan de l’année 2012 sont au programme de ce forum à droite de l’extrême droite, mais les dérives sont possibles, selon les observations effectuées par les services discrets. Outre un concert de rock radical, par le groupe Bordel Boys, des débordements comportant une atteinte à l’ntégrité physique de certains profils font partie des hypothèses qui renforcent le niveau d’alerte.

Navettes à l’aéroport de Perpignan et séances de tir

Ces festivités aryennes doivent s’accompagner de séquences de tir, les Hammerskins étant amateurs d’armes. Leur « chapitre » français, fondé en 1999, est principalement représenté en Lorraine, tandis que la logistique du rassemblement est confiée à la mouvance Skins Sud. Sont notamment prévus un acheminent des militants de l’aéroport de Perpignan vers le lieu de cette rencontre, tout comme l’hébergement et les repas. Le nombre de participants reste incertain, mais l’affluence de 2000 fanatiques, en novembre 2012 à Toul, en Lorraine, lors d’une séquence du genre, renforce l’inquiétude des autorités de l’Etat à Perpignan. Le lieu reste inconnu, dans un Pays Catalan exempt de tradition en la matière.

Partager

Icona de pantalla completa