Langue

Ce jeudi, lors de son premier conseil municipal de rentrée, la Ville de Perpignan a adopté à l’unanimité une motion relative à l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine sur son agglomération. En juillet dernier, un rapport de l’Institut de Veille Sanitaire, lié au ministère de la Santé, avait mis en lumière les dangers réels encourus par les habitants de Perpignan, Saint-Estève, Baho, Cabestany, Rivesaltes, Bompas, Pia, Peyrestortes, Le Soler, Toulouges et Canohès. L’IVS jugeait alors que « la pollution atmosphérique est responsable de 39 décès tous âges confondus et de 45 admissions hospitalières pour cause respiratoire ou cardio-vasculaire chez les 65 ans et plus » pour les années 2004, 2005 et 2006. Sur propositon de la conseillère municipale Clotilde Ripoull, membre du Mouvement Démocrate et du groupe Union pour Perpignan, le conseil municipal de Perpignan, qui s’est engagé à adopter avant l’été 2010 « une série de mesures » permettant de réduire la pollution et ses terribles impacts sur la santé des perpignanais, a souhaité que ses élus présents au sein de l’Agglomération Perpignan-Méditerranée y portent également la bonne parole.

Partager