La Clau
Perpignan: Ripoull cite Alduy pour défendre une nouvelle police de proximité

La préservation du bien-être perpignanais inquiète la conseillère municipale Clotilde Ripoull, élue du Mouvement Démocrate, qui a sollicité à ce sujet, ce dimanche, les parlementaires des Pyrénées-Orientales. Mme Ripoull, selon laquelle « des faits récents aggravent le sentiment d’insécurité à Perpignan » considère que la stagnation des effectifs de policiers municipaux en 2010 est un « refus d’agir grave », alors que le réseau de vidéosurveillance sera porté au nombre de 99 caméras. L’élue centriste considère que l’action de la Ville de Perpignan contredit le numéro 2 de la ville, Jean-Paul Alduy (UMP), qui indiquait au Sénat, le 10 mars : « Il serait erroné de croire que la vidéo-protection limiterait le nombre de policiers nationaux ou de policiers municipaux (…) plus on déploiera ces instruments, plus il faudra disposer de moyens d’interventions rapides ». En guise de proposition, Clotilde Ripoull a plaidé pour une « Unité Territoriale de Quartier » (UTQ) relevant de la Police Nationale. Cette police de proximité composée de 10 agents serait déjà appuyée par la Direction Départementale de la Sécurité Publique, et seul manquerait l’aval du Ministère de l’Intérieur. L’élue du Modem a demandé « aux députés Daniel mach et François Calvet » (UMP) d’intervenir pour une « UTQ » auprès du Ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux.

Partager

Icona de pantalla completa