Langue

L’ampleur de la mobilisation de jeudi dernier à Perpignan, qui a rassemblé 21.000 personnes opposées à la politique de Nicolas Sarkozy autant qu’aux effets de la crise mondiale, donne des répliques sectorielles en Pays Catalan. Après le démarrage d’une grève des salariés de la filiale d’Électricité Réseau Distribution France (ERDF), filiale d’EDF, à l’instigation de la CGT, les employés de France Télécom des Pyrénées-Orientales ont organisé aujourd’hui un « rassemblement de lutte » et de « résistance » face au bâtiment de leur entreprise à Perpignan France Télécom, avenue Joffre, dans le quartier du Vernet. Le syndicat CGT-FAPT des Pyrénées-Orientales dénonçait hier par communiqué d’hier la « casse des services » et leur prochaine fermeture, « qui concerne entre 40 et 50 emplois », à l’heure où « + 7,5 % de dividendes » sont réservés aux actionnaires de France Telecom. Sur le front de l’enseignement, la Fédération des Conseils de Parents d’Elèves (FCPE) convoque demain matin une manifestation face à l’Inspection Académique des Pyrénées-Orientales, également à Perpignan, en opposition au « démantèlement de l’école » et « contre les mesures de fermeture de classes » sur le territoire.

Partager

Icona de pantalla completa