Langue

En réponse aux multiples agressions physiques et verbales, caillassages et incivilités multipliés en 2014 envers les bus urbains de la Compagnie Transports Perpignan Méditerranée (CTPM) ou leur personnel, les services de l’Etat prennent les devants. Ce mercredi 7 janvier, la vigoureuse préfète des Pyrénées-Orientales, Josiane Chevalier, défend une convention de sécurité dans les transports en commun. Son secrétariat précise que cet aspect est un « objectif majeur » pour « l’Etat, les autorités organisatrices de transport et les transporteurs ». Grâce à une collaboration mieux définie, les informations du terrain circuleront mieux, les mesures d’action seront plus efficaces, les pratiques des agents de sécurité s’adapteront mieux aux circonstances et les rôles de tous seront mieux définis.

La signature de la convention réunit la CTPM, le Procureur de la République en Pays Catalan, Achille Kiriakides, le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, le vice-président délégué aux transports de Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération, Daniel Mach, le commandant de groupement de gendarmerie, Blaise Agresti et le directeur départemental de la sécurité publique, Jean-François Scoffoni.

Nouveau commentaire