Langue

La problématique des sans-papiers des Pyrénées-Orientales mobilise un collectif du même nom, qui convoque une « opération parrainages », le 25 janvier. Ce groupe de protection des personnes en situation irrégulière, proche de l’extrême gauche, dénombre actuellement, en Pays Catalan, un total de 21 familles et 8 personnes dépourvues de titres de séjour. Le 26 décembre, il informait par communiqué la tenue de cette séance, organisée en la Salle Bartissol, prêtée par la mairie UMP, et dénonçait un « blocage quasi total de la préfecture et à son refus d’accorder des régularisations, même à des personnes qui répondent aux critères ». Pour le CSP 66, les parrainages républicains annoncés, à raison de deux personnes de nationalité française par famille ou individu seul, doivent répondre au désarroi de profils « démunis, angoissés par leur avenir ».

Pour sa part, la fédération du Parti Communiste des Pyrénées-Orientales se mobilise samedi 11 janvier au centre culturel de Cabestany à l’occasion d’une soirée festive et revendicative, introduite le 6 janvier par un autre communiqué. Son porte-parole, Philippe Galano, y réclame une « régularisation immédiate », qui constitue une « question politique » répondant « directement et frontalement aux valeurs de la république ».

Partager

Icona de pantalla completa