Langue

Pas si loin des Etats-Unis, où les élections de 2012 ont été historiquement les premières à octroyer une importante décisive à Internet, la campagne des municipales de Perpignan a désormais sa version électronique populaire. Le maire sortant, Jean-Marc Pujol, a lancé le 27 janvier un « kit de campagne » à télécharger, contenant 9 images à insérer sous forme de bannières ou d’images d’accueil, sur les comptes Facebook et Twitter des électeurs volontaires. Cette forme d’engagement, qu’il est le seul à déployer, s’appuie sur un ensemble de 70.000 abonnés que compte le premier réseau cité, à Perpignan intra muros. En marge des media conventionnels et des sites Internet de campagne, pionniers lors des municipales de 2001 mais attirant principalement les convaincus, il s’agit de s’adosser un grand chapelet de prescripteurs d’opinion.

Transformer les « amis » en bulletins de vote amis

Prévue sous forme nuancée, des formules « Je soutiens Jean-Marc Pujol » à « Votez Pujol » ou encore « Avec Pujol, votez Perpignan », cette série adaptée à la volonté d’affichage de chacun est relayée par Perpignan 2020. Cette structure de réflexion fondée dès 2012 est présidée par l’avocat fiscaliste Romain Grau, 38 ans, délégué départemental de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) dans les Pyrénées-Orientales, pressenti en position enviable sur la liste. Le dispositif développé par le candidat Pujol doit donner lieu à une meilleure assise dans le corps électoral, en transformant les « amis » en voix électorales tout aussi amies.

Partager

Icona de pantalla completa