Langue
La Clau
Perpignan, mal adaptée aux handicapés, selon les Paralysés de France
Langue

Un palmarès publié ce mercredi par l’hebdomadaire L’Express, au sujet des villes de France adaptées à l’accessibilité des personnes handicapées, n’est pas du tout élogieux pour Perpignan. Ce classement, établi pour la seconde année consécutive, a été réalisé par l’Association des paralysés de France (APF), qui remarque pour l’année 2010 une « légère amélioration » en matière d’aménagements mis en place par les mairies des villes moyennes, et de plus grande importance, dans le but de rendre la vie plus agréable aux citoyens à motricité différente. Alors que la ville de Nantes obtient 17,4 points, pour une moyenne hexagonale de 11,6, en augmentation d’un point par rapport à 2009, Perpignan est en bas de tableau, aux côtés de Marseille et Le Mans, au dessous de la barre symbolique de 10 points. Ce nouveau « baromètre de l’accessibilité », très attendu par la délégation catalane des Paralysés de France, ne constitue pas une bonne nouvelle pour la mairie de Perpignan, dirigée par l’UMP Jean-Marc Pujol. L’exécutif municipal a pourtant mis en place en 2009 une « Charte ville accessible aux citoyens handicapés« , assortie d’une déclinaison créée spécifiquement pour les enfants, en tant qu’aboutissement de la politique lancée en 1993 par le maire précédent, Jean-Paul Alduy. Ce document, rédigé conjointement par les associations dédiées, les élus et les services municipaux, doit faciliter la vie aux handicapés, « au-delà des obligations réglementaires ». Celles-ci sont contenues dans la loi sur le handicap, approuvée en 2005, qui rend notamment obligatoire, à compter de 2015, l’accessibilité des handicapés à tous les bâtiments. Les dispositifs en place à Perpignan ne sont pas suffisants, selon le jugement publié.

Partager