Langue

La dénomination « Occitanie » attribuée à la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées n’est pas officielle, car le conseil d’Etat doit livrer son avis sur le sujet au plus tard le 1er octobre. Mais ce nom validé le 24 juin par l’assemblée régionale, à Toulouse, fait son chemin jusque dans les Pyrénées-Orientales, bien qu’il s’agisse du nom du territoire voisin. Sur Internet, plusieurs annuaires téléphoniques situent déjà les communes du Pays Catalan en Occitanie, à, l’égal de certaines publications touristiques. Au risque de réveiller la protestation des indifférents et d’exacerber la passion de celles et ceux qui ont déjà pris la mouche. Ainsi, dans son numéro 27, édité le 28 juillet, la publication Belles Régions propose à ses lecteurs un « Spécial Occitanie » incluant la destination « Collioure », commune de la « magique Côte Vermeille ». Selon ce même principe, en 2013, nous signalions comment l’agence de voyages Ecoutour situait Collioure en Espagne.

Une trentaine de plaques « Pays Catalan » dans les communes

L’erreur du « naming » régional est objectivement grossière, mais le nom progresse doucement, tandis que les oppositions se cristallisent. Par contraste identitaire, l’ « Occitanie » multiplie dans les Pyrénées-Orientales les plaques d’entrée de ville signalant le « Pays Catalan », sur l’initiative des mairies et de la formation politique Convergence Démocratique de Catalogne (CDC). Une trentaine d’installations de plaques est attendue d’ici le début du mois de septembre, notamment à Eus, Thuès-entre-Valls, Prats de Molló, Sant Miquel de llotes, Marquixanes, Sansa, Fourques, Oms, Terrats, Montesquieu , Les Cluses, Real et les Angles. Parallèlement, une manifestation visant à faire entendre le Pays Catalan est organisée le samedi 10 septembre au départ de la place de Catalogne de Perpignan.

Partager