Langue
La Clau
Perpignan : les anciens Présidents considèrent l’Université « humiliée »
Langue

L’agression du président de l’Université de Perpignan, Jean Benkhelil, vendredi après-midi sur le campus catalan, suscite une réaction en bloc de ses prédécesseurs. Les anciens présidents Georges Riéra, Daniel Bodiot, Henri Got, Jean Sagnes, Jean-Michel Hoerner et François Féral, « bouleversés par l’agression », assurent celui-ci, par communiqué, de leur soutien, et tiennent à « stigmatiser vigoureusement le comportement d’individus qu’on aurait trop vite fait de qualifier d’irresponsables » avant de considérer l‘Université « humiliée ». Ce matin, M. Benkhelil revenait sur l’évacuation du campus, effectuée hier par les forces de l’ordre, une « lourde décision » en réponse à la demande du Conseil Administration, assemblée élue et « seule légitime pour prendre des décisions ». Le président signale « l’inquiétude croissante d’une grande majorité d’étudiants, otages d’une situation qui compromet gravement l’année universitaire ». Pour éviter des « conséquences désastreuses », M. Benkhelil demandera dès demain un état des lieux général visant à établir les calendriers de rattrapage des cours et des examens, avant de préciser que le souhait de déblocage, mené manu militari mais sans incident, n’altère en rien son soutien au mouvement des Enseignants-Chercheurs, dont il « fait partie ».

Partager

Icona de pantalla completa