Langue

Après la manifestation de 400 personnes à Perpignan, le 26 janvier, pour le projet de loi concernant le mariage entre personnes du même sexe, une riposte est annoncée. Le 2 février, l’Alliance Vita des Pyrénées-Orientales convoque une mobilisation contre, simultanément aux travaux parlementaires sur le sujet, échelonnés du 30 janvier au 10 février. Dans un communiqué en date du 29 janvier, son porte-parole dans les Pyrénées-Orientales, Frédéric Zack, défend le « retrait du projet de mariage, adoption et Procrération médicalement assistée » (PMA). Le Castillet sera ainsi le point de départ d’une marche soutenue par « de très nombreuses associations », pour la plupart méconnues voire sans délégation territoriale, dont la Gauche Pour le Mariage Républicain, Plus Gay sans mariage, Pour l’Humanité Durable, la Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (AFC) ou encore la Fédération Nationale des Associations Familiales Protestantes et SOS Papa.

Le Diocèse de Perpignan-Elne, plus discret que certaines paroisses

Dans le débat actuel, les autorités catholiques du territoire restent discrètes, l’opposition au mariage homosexuel ne faisant pas l’objet d’une publicité excessive par l’Evêché de Perpignan-Elne. L’Evêque André Marceau affirmait pourtant le 28 décembre 2012, mais en son nom, « il ne fait aucun doute pour moi que la gravité du débat (…) appelle qu’une mobilisation se poursuive ». En revanche, une opposition du mariage homosexuel est ouvertement exprimée par les paroisses perpignanaises de Saint Assiscle, Saint Josep et Saint Martin, ou encore par ses homologues des secteurs de Cerdagne et Capcir.