Langue

Le nouveau poste de police municipale de Perpignan, en bordure du quartier Saint-Jacques, est en fonctionnement. Son enseigne surdimensionnée, qui rend ce lieu très visible, illustre la volonté municipale de rendre visible le programme sécuritaire du maire, Louis Aliot (Rassemblement national). Ce site remplace l’hôtel-restaurant de la Cigale, dont la véranda a été démontée, tandis que la réception est devenue celle du poste. L’ensemble fonctionne encore à minima, deux véhicules sont affectés aux agents.
En, septembre, un premier nouveau poste de police municipale a pris place en centre-ville, au Palmarium.

Un projet RN contre un projet PS

La Cigale reçoit une affectation de droite, tandis que le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales lui envisageait un rôle de gauche, voire d’extrême gauche. En effet, l’exécutif dirigé par Hermeline Malherbe (Parti Socialiste, soutenue par le Parti Communiste) avait racheté les lieux pour y installer un centre d’accueil pour mineurs isolés. Cette destination a été refusée par l’ancienne municipalité, dirigée par Jean-Marc Pujol (Les Républicains), comme par la nouvelle, qui a inclus la Cigale dans le patrimoine communal pour pouvoir y engager des travaux, en mode express. Le Conseil Départemental estime que le maire de Perpignan « bafoue les décisions de justice » car le tribunal administratif, en décembre 2019, a contesté le droit de préemption de l’ancienne municipalité sur l’hôtel.

Partager