Langue
La Clau
Perpignan: la préfecture va déménager au Centre del Món, les syndicats protestent
Langue

Le déménagement des services de la préfecture des Pyrénées-Orientales, du centre-ville de Perpignan vers l’ensemble de bâtiments du Centre del Món, attenant à la gare TGV, reçoit ses premières critiques. Alors que ce dossier reste à valider formellement par le premier ministre, François Fillon, une intersyndicale formée autour de la CFDT se mobilise cette semaine. Parmi les craintes, exprimées ce mardi sur une lettre ouverte adressée au Préfet, Jean-François Delage, figurent les conditions de travaux et les avantages sociaux. L’intersyndicale, qui tient à « réaffirmer » son « opposition à ce projet de regroupement », s’inquiète d’un « manque de dialogue social » illustrant un transfert « à marche forcée ». Surtout, elle redoute une « perte d’emplois » consécutive à la concentration des activités, et s’interroge sur les « conditions de travail », ou encore la « restauration », ainsi que le système de stationnement. Lors d’un épisode précédent, le 25 janvier, l’idée d’un comité de pilotage a été émise par le Préfet, afin d’associer les représentants syndicaux siégeant en Comités Techniques Paritaires des Directions Interdépartementales et Unités Territoriales à une réunion de travail, prévue lundi 21 février. Ce rendez-vous, qui doit comporter la communication, en interne, du calendrier des déménagements, pour regrouper l’ensemble des services de l’Etat en Pays Catalan sur un seul et même lieu, sera boycotté par les syndicats. Ceux-ci déplorent un « type de communication unilatéral et tronqué », qu’ils croient observer depuis la première réunion d’informations aux agents, qui s’est déroulée le 16 mars 2010.

Dans l’actualité, le Centre del Món, lancé le 9 décembre 2010, vit un lent démarrage, faute de ligne TGV continue de Perpignan à Barcelone, c’est à dire de flux de passagers à même de constituer une clientèle solide pour ses commerces. La société Metrovacesa, en charge de la construction et de l’implantation, peine à commercialiser les 9.000 m² de bureaux disponibles, aux côtés de deux hôtels en passe d’ouvrir leurs portes. L’annonce attendue du déplacement de la préfecture des Pyrénées-Orientales, salvatrice pour le démarrage du site, devrait concerner la quasi-totalité des services. Au delà des services connus du grand public, ceux-ci sont notamment la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), la Direction départementale de la Protection des Populations (DDPP) ainsi que la (DDCS).

Partager