Langue

Cette année, pour la célébration de la fête religieuse musulmane de l’Aïd al-Kabir, ce jeudi 24 septembre, la préfecture des Pyrénées-Orientales avertit. Afin d’éviter les abattages illégaux, elle informe que «seules les viandes issues d’abattoirs agréés offrent des garanties sur leur qualité en écartant les animaux malades et les viandes impropres à la consommation». Seul l’abattoir du secteur de Torremila, inauguré en juin à proximité de l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes, peut effectuer cette opération rituelle. Un sacrificateur «habilité» est missionné pour cette fête, la plus importante de l’islam, programmée lors du dernier mois du calendrier relatif à cette confession. La préfecture, sévère pour l’occasion, souligne que l’abattage clandestin est un délit passible de 6 mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende, avec «saisie des carcasses». Pour protéger la santé publique, les têtes des animaux de plus de 12 mois et les intestins des moutons ne sont pas livrés à la consommation.

Partager

Icona de pantalla completa