Langue
La Clau
Perpignan : la Cimade dénonce l’expulsion par avion d’étrangers qui rentraient au pays
Langue

L’ONG Cimade s’inquiète au sujet de certaines situations humanitaires autour du Centre de rétention Administrative (CRA) de Perpignan, dans un communiqué de jeudi 16 juillet. L’organisation de défense des migrants, qui a déjà alpagué la presse en mars 2009 au sujet de l’arrestation, aux passages frontaliers du Perthus et de Cerbère, de 27 Marocains qui regagnaient en autocar dans leur pays d’origine, indique cette fois-ci que la tendance « n’a pas cessé d’exister depuis ». Les militants précisent qu’entre avril et juin 2009, « 23% des personnes placées (…) au centre de rétention administrative (CRA) de Perpignan étaient en route vers leur pays d’origine » et dénoncent la politique gouvernementale, visant à « faire du chiffre en arrêtant des étrangers qui rentrent chez eux », avec, pour preuve, une majorité de personnes reconduites qui « venaient d’Italie et retournaient au Maroc ». Des personnes de nationalité ukrainienne, moldave, algérienne et colombienne auraient également été expulsées du territoire français, après un séjour de 8 jours en moyenne au CRA de Perpignan, selon la Cimade, qui calcule que la lutte contre l’immigration clandestine menée en Pays Catalan coûte cher aux Marocains, munis de « beaucoup de bagages », souvent expulsés depuis Perpignan par avion, et devant ainsi s’acquitter du coût d’un surplus concernant leurs effets personnels.

Partager