Langue

Dans une ambiance carnavalesque aux accents funéraires, un rassemblement universitaire s’est déroulé hier en milieu de journée en centre-ville de Perpignan, avec la participation d’étudiants, personnels et professeurs de l’Université, dans des proportions plus modestes en comparaison aux précédentes actions. Organisée par refus de l’autonomie universitaire en France, cette célébration aux couleurs du deuil a été encadrée par deux assemblées générales, dont la seconde a opté pour une nouvelle action de rue, jeudi 5 mars. Une partie de la « communauté universitaire » a ainsi suivi une banderole unitaire portant le slogan « L’Université mise à mort par la loi du marché » malgré l’apparition de dissensions conséquentes aux rapports de force syndicaux, dans un contexte ambigu, le cortège funéraire et l’ensemble des mobilisations ne recevant pas l’assentiment du président de l’Université, Jean Benkhelil, dans un mouvement qui, en revanche, bénéficie du relais officiel du service communication de l’Université. Ce rassemblement a eu lieu malgré le recul de l’Etat et la recherche de conciliations sur le sujet, mercredi.

Partager