Langue
La Clau
Perpignan: 1ère manifestation enseignante de la saison le 27 septembre
Langue

La rentrée des professeurs, prévue ce vendredi, inspire dans les Pyrénées-Orientales des inquiétudes pour une partie d’entre eux, dont le message a été relayé ce jeudi par le Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles (SNUIPP). Selon un comptage effectué ces derniers jours, les 4000 professeurs du territoire sont confrontés à la suppression de 26 postes, incluse dans la politique de non-remplacement d’un professeur parti à la retraite sur deux, menée par le ministère de l’Éducation nationale. A quatre jours de la rentrée des élèves, la première organisation syndicale dans l’enseignement primaire, qui a donné une conférence de presse à Perpignan, a déploré les nouveaux efforts à déployer. Cette année, le nombre d’enfants scolarisés progressera de 68 enfants par rapport à la rentrée 2010, dans une configuration qui induit la présence de classes plus fournies que les dernières années, avec un dépassement prévisible, dans certains cas isolés, du seuil des 30 élèves par classe.

Les situations restent cependant inégales parmi les 300 établissements scolaires du Pays Catalan, où une centaine de directeurs devront désormais composer sans assistant. Car la suppression porte aussi sur les employés administratifs affectés à 20 heures hebdomadaires de secrétariat, en appoint aux directions. Face à cette situation, nouvelle dans leur cadre professionnel, mais largement répandue dans d’autres secteurs appartenant notamment à la fonction publique, les enseignants du SNUIPP lancent un appel à la grève, et à manifester, pour le 27 septembre à Perpignan. Dans un communiqué, la fédération du Parti Communiste des Pyrénées-Orientales a réagi ce jeudi soir sur ce sujet, en rappelant, à l’échelle du même territoire, 51 suppressions de poste « de la maternelle au lycée ».

Partager