2′

SOCIÉTÉ

Nouvelles tensions autour d’un projet de mosquée à Girona

Une opération anonyme, à l'origine d'un malaise dans le quartier de l’Eixample

Un fait de société à caractère xénophobe crée de l’émotion à Girona, après la découverte, samedi matin, dans le quartier de l’Eixample gauche, proche de la route de Barcelone, d’une nuée de tracts collés aux murs, portant un message de mobilisation contre un projet de mosquée d’une capacité de 300 personnes, en lieu et place d’un bar musical fermé, situé sur la route de Barcelone. Ce futur lieu de culte musulman, conçu comme provisoire avant la construction d’un bâtiment plus important, dans le secteur du polygone Mas Xirgu de Girona, survient après un premier rejet observé dans le quartier de Taialà, pour un projet semblable. Selon le conseiller municipal délégué à l’urbanisme, Enric Pardo, cette nouvelle mosquée ne pourrait être stoppée qu’à la condition que les demandeurs effectuent une réclamation officielle et révèlent leur identité, avant de « comparaître et d’exposer » leurs arguments. L’élu indique aussi qu’un lieu de culte «est considéré comme le local d’une entité privée». Le document accroché aux murs, rédigé en catalan, avec de nombreuses fautes d’orthographie, a pour but d’organiser une pétition, mais ne comporte aucun numéro de contact, aucune signature pas plus que le nom d’une quelconque organisation.