Langue
Nouvelle Mobilisation « Pas de bébés à la consigne » à Perpignan
Langue

La mobilisation intitulée « Pas de bébés à la consigne », née le 11 mars, refera surface ce mercredi à Perpignan à travers un rassemblement face à la préfecture des Pyrénées-Orientales, convoqué par une Coordination territoriale, qui réunit notamment les syndicats majoritaires de l’Éducation nationale, la puissante Fédération des Conseils de Parents d’Elèves (FCPE) et des personnels du Conseil Général des Pyrénées-Orientales. Ce mardi, les organisateurs, qui jugent l’Etat responsable d’une « dégradation des dispositifs existants au détriment des attentes des familles et des besoins fondamentaux des enfants », critiquent une « diminution » des professionnels « les plus qualifiés », une extension des capacités maximales d’accueil des assistantes maternelles de trois à quatre enfants, ou encore la création de regroupements d’assistantes maternelles pouvant accueillir jusqu’à 16 enfants « sans aucune règle collective » de fonctionnement. Inquiète d’un « accroissement des inégalités », la Coordination, implicitement liée aux sensibilités de gauche, s’insurge contre une « disparition des écoles maternelles » et « du service public » assortie d’un « désengagement de l’Etat ». La préfecture de Perpignan s’est déjà engagée à recevoir une délégation de manifestants.