La Clau
Mobilisation à Perpignan pour le départ de Bouteflika

Face à l’incertitude concernant la présidence algérienne, plus d’une centaine de personnes de nationalité franco-algérien a répondu à l’appel du Collectif Franco-Algérien 66, ce dimanche 31 mars à Perpignan. Ce groupe a exprimé sa solidarité envers ses «concitoyens en Algérie en lutte pour la démocratie», selon les mots de son porte-parole, Farid Mellal. Ce nouveau rassemblement obéissant au mot d’ordre « Système dégage » a eu lieu sur la place de la République. « L’Algérie vivra, l’Algérie vaincra et ce système politique tombera », nous précise le Collectif, qui annonce un prochain rassemblement dimanche 7 avril à 15h. Précédemment, le 10 mars, cette structure militante dénonçait une «mascarade électorale» en Algérie, alors qu’une nouvelle candidature du président semblait possible.

Bouteflika, la démission imminente?

Le président algérien pourrait démissionner dans la semaine, voire dès ce mardi 2 avril, en vertu de l’article 102 de la Constitution du pays, selon une information diffusée dimanche 31 mars par les chaînes de télévision algériennes Ennahar et El Bilad. Ce départ suivrait plus d’un mois de mobilisations exigeant le départ du chef de l’État, au pouvoir depuis 1999. Dimanche 31 mars, Abdelaziz Bouteflika a nommé un nouveau gouvernement, dirigé par Noureddine Bedoui, qui avait été désigné premier ministre le 11 mars. Le chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, qui suggérait récemment d’éloigner A. Bouteflika du pouvoir, reste vice-ministre de la Défense.

Partager

Icona de pantalla completa