Langue

Le projet de prolongement de l’état d’urgence en France, suite aux attentats du 13 novembre, mobilise une vingtaine d’organisations politiques, syndicales et philosophiques des Pyrénées-Orientales. Ce samedi 30 janvier, ces structures regroupées sous l’intitulé «Observatoire pour le respect des droits et libertés» manifesteront au départ du Castillet, à Perpignan. «Non à l’Etat d’urgence dangereux pour la démocratie ! Non à la déchéance de nationalité dangereuse pour l’égalité !», lance ce groupe dans un communiqué. La CGT66, les syndicats de la médecine générale et de la magistrature, ou encore la Ligue des Droits de l’Homme et la FSU-Libre pensée font partie des associés de ce groupement, aux côtés du PCF, du NPA et d’Europe Ecologie-Les Verts.

L’état d’urgence, qui arrive à échéance le 26 février, pourrait être prolongé de trois mois, selon le souhait du Président de la République, François Hollande. Un projet de loi sera présenté en ce sens le 3 février en Conseil des ministres.

Partager