Langue
La Clau
Madrid défend le « Couloir Méditerranéen », au bénéfice du Roussillon
Langue

L’intégration des Pyrénées-Orientales dans les grands réseaux de transports transeuropéens dépend de l’Espagne, qui préside actuellement l’Union Européenne. Ce jeudi, Víctor Morlán, Secrétaire d’Etat espagnol pour la Planification et les Infrastructures, rattaché au Ministre de l’Industrie espagnol, a en effet rappelé le soutien de Madrid au Couloir Méditerranéen Algeciras-Girona, dont Perpignan serait bénéficiaire. Actuellement en discussion entre l’Espagne et l’Union, un « Projet prioritaire Numéro 3 » comprend trois Lignes ferroviaires à Grande Vitesse (LGV) censées relier les grandes villes du territoire espagnol au TGV français. L’Espagne défend ainsi deux branches, Madrid-Lisbonne et Madrid-Tours, complétées par une liaison Madrid-Nîmes, empruntant le flanc méditerranéen. D’après M. Morlán, l’Espagne souhaite que cette dernière, qui concerne Perpignan et le Roussillon, devienne une priorité pour l’UE en 2010. Ce Couloir Méditerranéen, dans lequel le Pays Catalan de France doit jouer un rôle de pont, est une « priorité maximale » pour Madrid, dans le cadre des futurs flux Maghreb-Europe. Cette montée de rang, dans le cadre de la globalisation européenne, participerait à la redéfinition du Roussillon dans le cadre euroméditerranéen.

Partager