Langue

Le changement de style apparu à l’Université de Perpignan depuis la prise de responsabilités, en mars 2012, de son président Fabrice Lorente, s’est manifesté le 6 novembre par une remise de diplômes de docteurs, dans la tradition. Un cérémonial nouveau, à la fois solennel et festif, visant à mettre en lumière la « promotion Combes », s’est déroulé en présence de 300 convives en l’église des dominicains de Perpignan. Cette étonnante séance était vouée à affirmer la juste valeur du doctorat, grade suprême parmi les diplômes universitaire, correspondant à huit années d’études, dont trois de thèses. L’assemblée était composée des familles des primés, des directeurs de thèse, d’unités de formation et de recherche, aux côtés des partenaires financiers de la Fondation Université de Perpignan Via Domitia (UPVD), dont le conseil de gestion a voté à l’unanimité, il y a quelques semaines, le financement de cette opération de promotion de l’excellence de la recherche.

Toges et coiffes académiques

Ce vendredi 9 novembre, la direction de UPVD signale dans un compte-rendu une cérémonie volontairement effectuée de manière envolée et sacralisée, selon une tradition qui n’est pas « d’origine anglo-saxonne, mais bien française », car instituée par les étudiants de l’Université de Paris « au début de la Renaissance », tandis que les toges et coiffes académiques, utilisées dans les premières universités européennes, remontent aux « XIIème et XIIIème siècles ». Ce retour d’une tradition estimée vieillie par les « événements de mai 1968 » souligne une rupture sur le campus perpignanais, désormais ouvert à l’existence même de l’économie, à l’obligation de résultats et à la notion d’effort. L’UPDV, pour laquelle cette démarche valorise une« image de marque » et un « prestige », rappelle avoir « fait figure de pionnière » en voyant le jour dès 1350 et profité d’un premier campus présent de 1379 à 1710 dans le quartier Saint-Mathieu de Perpignan, où elle accueillait des étudiants « originaires de Catalogne et du Languedoc mais également d’autres venus du sud de l’Europe pour y suivre un enseignement aussi riche qu’exigeant ». L’association de la figure du professeur émérite Claude Combes, biologiste et parasitologue né à Perpignan en 1935, membre de l’Académie des Sciences, contribue à une démarche de valorisation des atouts du territoire, inscrite dans la prise d’autonomie de l’établissement.

Partager