Langue

L’Union pour la Méditerranée (UPM), fondée en 2008 sur une initiative de Nicolas Sarkozy, avait perdu son secrétaire général. Installé à Barcelone en mars 2010, le Jordanien Ahmed Jalaf Massadeh, a en effet présenté sa démission en janvier dernier, pour raisons d’incompatibilité avec cette grande organisation intergouvernementale appelée à rapprocher l’Europe du Maghreb. Ce mardi, l’UPM, dont le siège est situé au Palais de Pedralbes de Barcelone, a pris un nouveau départ, en accueillant le diplomate marocain Youssef Amrani, dans le rôle du remplaçant. Ce nouveau secrétaire général s’est installé à l’issue d’une cérémonie officielle, en présence du ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, et de ses homologues espagnol et marocain, Trinidad Jiménez et Taieb Fassi Fihri, tous trois accueillis par le président catalan, Artur Mas.

Youssef Amrani, élu en mai par les instances de l’Union pour la Méditerranée, qui rassemble notamment l’Europe des 27, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc et l’Autorité palestinienne, occupait précédemment le poste de secrétaire général du ministère marocain des Affaires étrangères. Il aura la charge de faire vivre une structure méconnue du grand public, dans l’obligation expresse d’analyser le processus actuel des révolutions arabes. A ce titre, les récentes avancées marocaines, illustrées par une nouvelle Constitution lancée par le roi Mohammed VI sous la pression populaire, ainsi que les événements tunisiens et égyptiens, constituent une base de travail éminemment sociale et sociétale. Lors de sa première intervention publique, M. Amrani a signalé qu’il y a un « avant » et un « après » ledit printemps arabe, avant d’appeler de ses voeux la création d’une « zone de stabilité et de prospérité dans la région ».