Langue

L’union patrimoniale entre personnes du même sexe, légale depuis mai 2013 en France, fissure l’UMP. Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire du parti en vue de ravir la candidature à l’élection présidentielle de 2017, souhaite une « réécriture complète » et une « abrogation » du texte. L’ancien président de la République a avancée cette idée ambivalente, samedi 15 novembre lors d’un débat organisé par Sens Commun, association hostile au mariage homosexuel, née au sein de l’UMP. Hervé Mariton, qui vise aussi la présidence du parti, prône carrément l’abrogation. Celle-ci est estimée impossible par François Fillon, candidat à la primaire, en vertu de complications constitutionnelles. Mais ce dimanche 16 novembre, l’ancien Premier ministre a souhaité un texte clarifiant l’interdiction de la Gestation pour Autrui (GPA).

Bruno Le Maire n’est pas contre

Situé dans la tendance soft sur le sujet, le plus jeune candidat à la même élection interne de l’UMP, Bruno Le Maire, s’était abstenu lors du vote à l’Assemblée nationale. Il souhaite conserver le mariage pour tous sous peine de « créer de nouvelles divisions » et des « fractures » dans la société française. M. Le Maire pointe du doigt les opportunismes et l’ambiguïté : « Il faut arrêter avec cette manière de faire de la politique qui considère les Français comme des clientèles », soulignait-t-il, ce dimanche 16 novembre.