Langue

La mise à disposition gratuite, auprès des citoyens, de ressources officielles sur Internet, ou « open data », est devenue crédible dans les Pyrénées-Orientales. Irréprochable, le site Internet de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) fournit une mine d’informations rarement exposées, concernant notamment un étonnant « bassin de vie de Perpignan » incluant le département de l’Aude ou encore les « populations légales » des communes du territoire. Un classement de la « population pauvre selon l’âge par département en 2009 » révèle ainsi, avec transparence, que 42,6 % des précaires du Pays Catalan sont âgés de 30 à 64 ans. Les services de l’Etat se sont également rapprochés des habitants en lançant en 2009 le service Cartocrime, issu du ministère de l’Intérieur, donnant accès, par inscription, aux statistiques de la délinquance en Roussillon et au-delà. Banalisant aussi une information fiable, la préfecture des Pyrénées-Orientales propose depuis 2012 ses communiqués de presse généraux, tandis que le Conseil général fournit plus modestement un « agenda de la présidente« . A ces ressources d’inégale importance s’ajoute la base de données du Journal du Net (JDN), dont le catalogue exhaustif des « Villes les plus endettées de France » révèle par exemple pour la ville de Céret une valeur de 1055 euros par habitant, tandis que Saint-Cyprien présente un niveau record de 4145 euros.

Un paysage médiatique dévolu aux interprétations

Parfois redoutable, l’open data, en cours de généralisation dans le monde, se nourrit également du « premier réseau d’informations hyperlocales de France », Proxiti, qui regroupe l’ensemble des informations fiscales et économiques des communes. Les impôts locaux de Perpignan et des communes voisines, ou ceux, explosifs, du village d’Eyne, dans la région de la Cerdagne, y sont indiqués avec précision, par exploitation directe des fichiers de l’Etat, dans le cadre d’un accord officiel. En marge d’un paysage médiatique nord-catalan largement dévolu aux interprétations, à la surexposition ou dissimulation de certains domaines d’information, la connaissance ouverte profite aussi des statistiques de Pôle emploi et de l’Observatoire économique des Pyrénées-Orientales, dirigé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Perpignan.

Partager