Langue

La forte concentration d’industries chimiques dans la région de Tarragona, au Sud de Barcelone, peut être la cause de la mauvaise qualité du sperme des habitants, selon l’analyse de l’association écologiste L’Escurçó (la « Vipère »), présente dans le secteur. Dans ce sens, son bureau a déposé une plainte, cette semaine, auprès du tribunal de garde de Tarragona, dans le but de déclencher une enquête. Les piètres caractéristiques de la semence de la province, les pires de tout le territoire espagnol, pourraient par conséquent provoquer plusieurs actions judiciaires contre les entreprises considérées comme responsables de la pollution atmosphérique. Les écologistes fondent leur demande sur une étude de l’Institut Marqués de Gynécologie et d’Obstétrique, situé à Barcelone, qui évalue à 53% la proportion d’individus de sexe masculin de la province de Tarragona disposant de sperme qui ne correspond pas aux critères définis par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les Tarragonais disposent en effet une concentration de spermatozoïdes de 65 millions par millilitre de sperme, alors que le nombre de 91 millions est observé dans d’autres villes plus favorisées. La zone urbaine de Tarragona-Reus présente le polygone pétrochimique le plus important de l’ensemble de l’Europe du Sud.

Partager