Langue

Une étude sociologique, présentée le 15 septembre à Madrid, octroie à l’indépendance de la Catalogne 51 % d’intentions favorables. Cette proportion, à laquelle s’ajoutent 18,6 % de personnes opposées à la création d’un Etat catalan, fournit une indication précieuse, car elle résulte d’un questionnaire développé par l’institut indépendant Gesop, établi à Barcelone. Les autres pourcentages sont révélateurs de disparités régionales, car, dans l’hypothèse d’un référendum mis en place le 16 septembre, la province de Lleida voterait favorablement à hauteur de 61,5, la province de Girona abonderait à 56,5 % et celle de Tarragona n’approuverait pas l’indépendance, sur laquelle elle reporterait 48,2 % de « oui ». La province de Barcelone, où résident 4 millions de personnes, contre 7,5 millions sur l’ensemble du territoire, réserverait 49,7 % à l’indépendance. Le chiffre légèrement majoritaire de 51 % était cependant déjà avancé en début d’été par un précédent sondage sur ce même sujet, produit par le Centre d’Etudes et d’Opinions du gouvernement catalan. Cette dernière étude situait à 21 % les opposants à l’indépendance, désormais en léger repli.

76 % des sondés souhaitent un référendum

L’étude publiée révèle également les raisons qui inviteraient les citoyens sud-catalans à souhaiter un Etat catalan voisin de l’Espagne et de la France. 68 % des individus interrogés considèrent que la souveraineté « améliorerait l’économie catalane », tandis que 29,2 % mettent en avant leur sentiment, selon lequel ils ne se « sentent pas espagnols ». Enfin, la possibilité d’une consultation, organisée sous forme de référendum, est défendue par 76 % des sondés, preuve d’un large intérêt face à ce débat de société, permanent depuis 2009 en Catalogne du Sud et désormais majeur dans l’ensemble de l’Espagne.

Partager