Langue

La dégradation de la Porte des Pays Catalans, effectuée le 30 juillet et exclusivement condamnée par les organisations pro-catalanes des Pyrénées-Orientales, est revendiquée. Cette atteinte au monument inauguré en 2003 à Salses, en bordure de l’autoroute A9, est signée par un groupe de « patriotes français », tel qu’il se définit lui-même dans le journal numérique Las Voces del Pueblo. Ce média militant barcelonais, consacré au « sujet séparatiste » et visiblement fasciné par les célébrations militaires, a publié une interview anonyme des auteurs, le 19 août. Ceux-ci évoquent un « acte patriotique » contre un édifice « humiliant » pour la nation française. Liés à une extrême-droite différenciée du Front National, et informelle, il ont été interrogés en langue française. L’un d’eux, prénommé Mathieu, se déclare « très heureux, car ce fût un acte patriotique en défense de la République”. Il précise que la dégradation, qui a donné lieu à la disparition d’un grand mât doté d’un drapeau sang et or, a été organisée de nuit. Une plaque d’inox de 200 kilos, une autre de bronze, pesant 100 kilos, ont été soulevées à grand-peine pour mettre à mal le site. La Voces del Pueblo diffuse un résumé vidéo de l’approche idéologique du groupe contre cette « porte séparatiste des Pays Catalans ».

Pour le FN ne voit aucun « acte patriote »

Dans un communiqué, le député européen et chef de l’opposition Front National à la mairie de Perpignan, Louis Aliot, condamne les dégradations. Le 21 août, il a tenu à affirmer que la dégradation n’a « rien d’un acte patriote » mais illustre un « vandalisme piloté par un groupuscule d’extrême droite, condamnable au même titre que le sont les extrémismes, sous toutes leurs formes ». Le vice-président du parti a souhaité « défendre l’identité et l’enracinement oui, le séparatisme non ! Les catalans de 14-18 disaient, Catalans avant tout, Français par dessus tout ! ». Visiblement favorable à la variété culturelle, il a promu un « patrimoine culturel riche d’une lente stratification historique fondatrice de la France ».

Partager