Langue

Perpignan figure parmi 20 quartiers choisis en France dans le cadre du projet «Ville durable et solidaire». Ce lundi 25 janvier, la mairie a communiqué son éligibilité à ce programme de rénovation urbaine mis en place par le ministère de la Ville, via le Commissariat général à l’investissement et l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Les quartiers prioritaires Saint-Jacques, Saint-Mathieu et la Réal, en proie à des difficultés sociales multiples, justifient le soutien de l’Etat parmi une liste de 200 zones identifiées à l’échelle nationale. Les services municipaux assureront la coordination du programme, dont les études mobilisent 3 millions, pour des réalisations concrètes chiffrées à 71 millions, concernant l’ensemble des 20 secteurs. En 2014, lors un financement exceptionnel de 20 millions d’euros avait été dégagé pour le quartier Saint-Jacques, dans le cadre d’une opération à caractère urgent développée par l’ANRU.

Rendre les quartiers attractifs

Dans les faits, le projet perpignanais vise la reconstruction d’îlots habités, qui seront dotés d’énergie solaire. Une liaison inter-campus universitaire favorisant les piétons, le «numérique participatif» et l’encouragement à l’«économie sociale et solidaire» font partie du dispositif, détaille-t-on Place de la Loge. Au final, ce programme doit «permettre l’attractivité des quartiers et favoriser le pouvoir d’achat de leurs
habitants»
. Le lancement des projets s’est déroulé ce même lundi à Paris en présence d’Olivier Amiel, maire-adjoint en charge du Logement et Patrick Kanner, ministre de la Ville.

Partager