Langue
La Clau
L’Etat évite le « risque sérieux et grave » autour de la stèle OAS de Perpignan
Langue

La crainte d’un « risque sérieux et grave » de troubles à l’ordre public autour la stèle polémique qui rend hommage au groupe clandestin OAS (Organisation Armée Secrète), installée au cimetière du Haut-Vernet de Perpignan, invite la préfecture des Pyrénées-Orientales à la prudence. Les services de l’Etat ont ainsi promulgué ce vendredi un arrêté interdisant manifestations et rassemblements revendicatifs dans l’enceinte du cimetière, dès ce samedi à 18h jusqu’à ce dimanche soir, en réaction à un appel à manifester, ce dimanche 7 juin, porté par des « organisations hostiles » aux partisans de l’Algérie française. La stèle, source de sympathies et antipathies, avait été souillée le 6 juin 2007, tandis que la question de son opportunité et de son déménagement vers un lieu privé alimentent la bataille entre collectifs ennemis, dont une quarantaine d’association du côté des opposants. De l’autre côté, les partisans de la colonisation, rassemblés par l’Association de Défense des Intérêts Moraux des Anciens Détenus (ADIMAD), ont célébré un hommage aux « disparus » de 2003 à 2006, dans un contexte perpignanais de forte proportion d’habitants d’origine rapatriée d’Algérie. La préfecture tient d’ailleurs compte de la « sensibilité du contexte local » et de la « proximité des élections municipales partielles ».

Partager

Icona de pantalla completa