Langue

Le spectre de la rupture de stocks hante des milliers d’automobilistes du Pays Catalan, qui se sont empressés de faire le plein de carburant, depuis ce lundi matin, au vu de l’actualité sociale. Ce mardi à minuit, seules encore quelques stations du territoire, principalement en Roussillon, affichaient un épuisement de leurs cuves, notamment au centre commercial Carrefour de Perpignan Nord et dans les communes de Cabestany, Pollestres Saint-Cyprien, Bages, et Llupia. Dans la plupart des cas, les supers sans plomb se sont avérées indisponibles, tandis que les stations de La Jonquera observent un flux continu de véhiculés immatriculés « 66 ». Précisément, le risque de pénurie confirme une nouvelle fois sa relativité dans les Pyrénées-Orientales, face à l’évidence du relais assuré aussi par Portbou, Puigcerdà et Camprodon. Mais cette ruée vers l’essence occasionne par endroits, notamment à Perpignan intramuros, des hausses peu scrupuleuses, qui atteignent dans certains cas près de 20 centimes par litre, soir 1,40 euro. Ce mardi, alors que 4000 stations étaient en rupture de stocks sur l’ensemble du territoire français, les distributeurs de carburants ont été invités à mutualiser leurs stocks sur invitation du gouvernement, qui n’ pas annoncé une situation globale de pénurie.

Partager

Icona de pantalla completa