Langue

La préfecture des Pyrénées-orientales a communiqué jeudi, à Perpignan, l’état saisonnier de la délinquance sur le territoire, pour le mois de juillet. Selon les statistiques, le nombre de faits, toutes natures confondues, a reculé de 3,73%, en données comparées à celles de juillet 2010. Cette constatation est à replacer dans le contexte de l’évolution appréciable de l’année dernière, manifestée par une baisse de 5,72% en comparaison avec l’année 2009. Le mois dernier a comporté cependant une nette recrudescence en matière d’usage de stupéfiants, établie à 146%. Il ne s’agit cependant pas d’une augmentation subite de la consommation de drogue, mais du fruit de la multiplication des contrôles, effectués à plusieurs reprises, de nuit, notamment sur les boulevards de Perpignan. Un certain effet médiatique est ainsi rendu possible par pure mécanique mathématique, tandis que les 3,73% de délinquance dite « générale » accuse en réalité une baisse de 5% dans les zones attribuées à la gendarmerie, majoritaires sur le territoire. En parallèle, la zone confiée à la police, c’est-à-dire Perpignan, a produit un résultat en recul de 1,3%.

D’autre part, les violences à l’encontre des personnes ont fléchi de manière spectaculaire, à hauteur de 27,6% à Perpignan et de 7,6% sur le reste du Pays Catalan. La préfecture de Perpignan, satisfaite de ces résultats, a fait savoir que les enquêtes policière abouties, illustrées à travers le critère des taux d’élucidation, présentent une qualité intacte au fil des années.

Partager

Icona de pantalla completa