Langue

L’Assemblée nationale a rejeté, ce mardi, par 293 voix contre 222, une proposition de loi socialiste visant à ouvrir le mariage aux couples homosexuels. Les quatre députés élus dans le département des Pyrénées-Orientales, tous issues de la majorité présidentielle, ont également rejeté le texte. Ce pendant, plusieurs élus UMP ont voté pour, dans ce qui pourrait devenir un enjeu inclus dans la campagne préalable à l’élection présidentielle de 2012. Mais cette position minoritaire n’a pas été ralliée par François Calvet, Jacqueline Irles, Daniel Mach, ni Fernand Siré, tandis que le président du Parti Radical, Jean-Louis Borloo, votait en faveur de ce même mariage gay. Sur les 577 députés de l’Assemblée, l’UMP s’est exprimée comme un seul homme contre le texte, mais avec 10 voix pour et 9 abstentions, tandis que le PS appuyait son prévisible soutien de 192 voix, pour deux abstentions.

En revanche, le Nouveau Centre, parti du premier magistrat de la ville de Saint Cyprien Thierry Del Poso, qui ne dispose d’aucun parlementaire en Pays Catalan, a exprimé son refus à hauteur de 25 sièges, contre une seule approbation. L’abstention de François Bayrou, président du très centriste Mouvement Démocrate, met en lumière le clivage idéologique mouvant que suscite l’union matrimoniale entre personnes du même sexe. Elle tend à prouver aussi l’engagement du Parti Radical, en phase ascendante en Roussillon, envers des valeurs considérées comme progressistes dans cette partie de l’Europe.

Partager