Langue

Alors que des millions de musulmans dans le monde ont entamé le ramadan, le 20 juillet, la mairie de Badalona a décidé de proscrire les prières musulmanes des lieux publics, le 19 juillet. Cette ville de 220.000 habitants, située à seulement 6 km au nord de Barcelone, est confrontée à l’organisation régulière de rendez-vous religieux sur sa place Camarón de la Isla, dont la capacité d’accueil est appréciée par la communauté musulmane. Comme il avait eu l’occasion de le faire en janvier 2012, le maire, Xavier García-Albiol, membre du Partido Popular, souhaite renouveler un avertissement auprès de la communauté musulmane de sa commune, principalement d’origine pakistanaise. Ces fidèles, qui résident principalement dans les quartiers de Sant Roc et d’Artigues, sont invités par la Ville à ne plus utiliser l’espace public pour effectuer leurs oraisons, au profit de milieux clos. Face à l’urgence, les citoyens de Badalona attachés à la pratique de l’islam ont ainsi obtenu, dès le 19 juillet au soir, l’accès à la cour d’un ancien collège, en accord avec la mairie, qui a cependant exigé le dépôt d’une caution de 6000 euros. Mais à l’issue du jeûne, le 21 août, le problème restera entier, malgré les revendications d’une association, « Camí de la pau » (chemin de la paix), qui s’emploie à promouvoir un islam social et tolérant.

Pour le maire, la mosquée sera un « guetto »

A l’occasion de l’inauguration d’une petite mosquée de 100 m2 dans sa ville, le 17 juillet, M. García-Albiol déclarait « il s’agit d’une mauvaise nouvelle ». Ce dernier, qui défend l’idée d’un moratoire permettant d’empêcher la construction de tout nouveau lieu de culte, a affirmé que ce nouveau site, aménagé dans un quartier « dont le taux d’immigration s’élève à 35 % », n’est pas justifié, car il est promis à devenir un « guetto”.