Langue

Alors que l’enquête sur la disparition d’Allison et Marie-Josée Bénitez n’a pas encore livré de résultats, un élément nouveau s’ajoute au dossier, selon une information délivrée ce 26 août au matin par la radio parisienne RTL. La première radio de France affirme que les passeports des deux malheureuses, que la police judiciaire (PJ) estime être décédées, ont été retrouvés au domicile familial du 28, rue Jean Richepin de Perpignan. Cette découverte, dont la date tardive de la révélation étonne, 21 jours après le début de l’enquête menée par la PJ de Montpellier, est le fruit d’une perquisition. Elle permet, selon la station périphérique, inspirant plusieurs autres médias, d’écarter « définitivement la piste d’une fuite à l’étranger un temps évoquée », mais cette hypothèse est erronée, car une pièce d’identité ordinaire suffit pour circuler au sein de l’Union européenne.

A Perpignan, le procureur de la République ne confirme pas

Le procureur de la République de Perpignan, Achille Kiriakides, s’est refusé, ce même 26 août en milieu de journée, à confirmer la découverte des passeports, qui semble faire l’objet d’une fuite d’information malencontreuse, au regard de l’exigence de discrétion policière. D’autre part, Allison et Marie-Josée Bénitez sont toujours vivantes, selon la conviction d’Eric Barbet, respectivement oncle et frère des disparues, interrogé par le quotidien Nice Matin du 22 août. D’après le sentiment de cette homme âgé de 49 ans, les deux femmes « sont peut-être retenues quelque part ou alors elles sont parties et ont peur de faire marche arrière ».

De l’ADN et du sang dans le congélateur

Ce même 26 août, la chaîne de télévision France 3 certifiait que les ADN des deux disparues, et des traces de sang d’Allison, ont été découverts dans un congélateur de la demeure perpignanaise de la famille Bénitez. La révélation de la présence de ces empreintes génétiques, identifiées dans la partie basse de l’appareil, est reliée à un autre fait. En effet, la PJ révèle avoir recueilli le témoignage de voisins, selon lesquels Francisco Bénitez aurait procédé au nettoyage en profondeur d’un congélateur et lavé un tapis à grand renfort d’eau.

Partager