Langue

Le mouvement des Indignés espagnols, né à Madrid le 15 mai dernier, centre ses efforts sur Bruxelles, à pied, à travers un pèlerinage revendicatif. Si cette vague sociale, plutôt jeune, ne n’est pas enracinée en Roussillon malgré plusieurs tentatives à Perpignan, les Indignés du Pays Catalan sont invités à prendre part au cortège, qui remonte du territoire espagnol, après un passage à Girona et Figueres. Cette marche internationale, qui se veut populaire, est composée d’une petite quarantaine de personnes, décidées à parcourir plusieurs centaines de kilomètres. Son passage à Perpignan, ce vendredi, est une simple étape de ralliement, avant une mobilisation générale à Bruxelles, issue de plusieurs pays de l’Union Européenne, le 15 octobre.

Largement appuyé sur le réseau social Facebook, le mouvement espagnol exerce cependant une certaine influence à Perpignan, où une action de visibilité est prévue à l’occasion du festival international de photojournalisme Visa pour l’Image. Un « Altervisa des Indignés » est programmé dans le cadre du festival Visa Off, sur le thème de la « misère sociale dans les Pyrénées-Orientales », selon les premières indications fournies par les organisateurs, réunis au sein du mouvement informel « Democracia Real Ya! ». Des photographies illustrant la précarité, dans plusieurs pays du monde, devraient être exposées sur la place de la Victoire, au pied du Castillet, à compter du 3 septembre.

Partager