Langue

Les expulsions de Roms, accélérées ces dernières semaines en France, inquiètent un représentant de la communauté gitane de Perpignan. Celui-ci, Germain Solus, affirmait ce mercredi au journal électronique Vilaweb « Cela nous fait peur, car cette idée nous rappelle les déportations et assassinats du passé » et rappelait que le régime nazi a « assassiné 800.000 Gitans ». L’intéressé, jugeant « électoraliste » la politique d’expulsions lancée par le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a averti « Lorsque quelqu’un commence à agir de cette manière là, cela donne des idées à des gens encore plus extrémistes, comme Le Pen ». Ce Gitan perpignanais s’est également risqué à évoquer une évidence légale, selon laquelle « les Gitans roumains ont le droit de circuler librement en France, car ce sont des citoyens européens ». En dépit d’une appartenance linguistique et géographique différente de celles des Roms, ce porte-parole des sédentaires du Roussillon a amorcé l’idée d’une solidarité tziganes en ajoutant « Si l’on expulse les Gitans roumains, pourquoi ne pas nous expulser, nous, qui sommes ici? », depuis le XIVe siècle, pour les premières familles actuellement sédentarisées en Roussillon. Ce samedi, Perpignan accueillera une manifestation « contre le racisme d’Etat », selon Les Verts, avec la participation du Parti Socialiste, du Parti Communiste et du Mouvement contre le racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP).

Partager