Langue

En octobre 2011, une solidarité médicale s’est exprimée à Girona par l’ouverture d’une “clinique dentaire solidaire”, installée en centre ville. Ce service à bas coût, gracieusement fourni par 20 professionnels, suscite depuis un véritable embouteillage de patients. Selon un bilan communiqué le 5 août, ce sont 200 personnes qui ont pu être amises depuis l’automne, sur un total de 300 candidats. Au regard de ce succès inattendu, un délai d’un an s’avère ainsi nécessaire pour satisfaire l’ensemble de la liste d’attente, compte tenu de la volonté de sérieux affichée par la direction de cet établissement d’un nouveau genre, qui se refuse à brader la qualité des soins.

Le président du Collège de Dentistes de Girona, Emili Banchilleria, directeur de cette clinique, indiquait ainsi qu’elle ne rouvrirait ses portes qu’après une pause d’un an, avec des “critères plus stricts” pour la sélection des candidats. Ce centre de soins, qui prépare une campagne de recrutement de personnel pour répondre à l’afflux de patients, est confronté à des complications sanitaires qui induisent un suivi rigoureux, à l’identique des cliniques dentaires traditionnelles. Le professionnalisme invite ainsi ses généreux praticiens à la prudence, car “un dentiste qui a soigné un patient une première fois ne peut le faire attendre cinq ou six mois avant la prochaine visite, car son état peut s’aggraver », selon M. Banchilleria, qui souhaite faire reculer “l’exclusion sociale ».

Partager